Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 17:10

 

 

viergeEnguerrand II sire de Coucy dans l’Aisne avait en 1146, perdu ses deux jeunes enfants Raoul et Enguerrand ; ils avaient été enlevés par un bohémien et les recherches les plus actives n’avaient trouvé aucune trace de leur ravisseur.

 

 Trois mois s’étaient écoulés pour le Sire de Coucy et pour sa noble épouse, Agnès de Beaugeney, dans une cruelle et désespérante incertitude. La province de Picardie toute entière voulut montrer à l’illustre seigneur combien elle s’associait à sa douleur, combien ardemment elle désirait la voir consolé. Tout la noblesse de Picardie, tout le clergé des abbayes ou églises, les vassaux comme les serfs, les paysans comme les bourgeois, se rendirent à pied par groupe de trois à cinq cents personnes suivant un ordre réglé d’avance entre les diverses localités de Picardie, à Notre Dame de Liesse. Le roi de France lui-même, Louis le jeune, cousin de la dame de Coucy alla aussi à pied implorer la mère de Dieu en faveur d’un si grand drame. Pendant tout le mois de juillet, les routes furent couvertes de pèlerins, et la chapelle de Liesse fut trop petite pour recevoir tant de personnes à la fois. Des hôtels s’élevèrent à l’entour du sanctuaire et formèrent une ville assez étendue. Tant de prières montant de concert vers le ciel, devaient-elles être repoussées ?

 

 En ce moment le roi se préparait pour partir en croisade. La noblesse de France se pressait autour de lui briguant avec ardeur l’honneur de marcher à ses côtés à la défense des fidèles de la terre Sainte. Le pèlerinage de Notre Dame de Liesse préparait saintement le départ des croisés, dont le rendez-vous était à Vézelay, en bourgogne, et en quittant Liesse, chaque baron se mettait en route pour rejoindre sa bannière. Le roi demeura un des derniers en Picardie, respectant la douleur du sire de Coucy, il n’avait fait jusqu’alors aucune allusion au retard qu’avait Enguerrand à prendre la croix, Louis se décida à parler à son cousin. Il vint donc à Coucy. Enguerrand ne put résister à ses sollicitations. Aussi un jour de grand matin, les fanfares retentirent de toutes parts dans la seigneurie de Coucy ; des messagers furent envoyés aux chevaliers des environs. Tous, vassaux, serfs, paysans etc. accoururent en foule sur la pelouse qui s’étendait devant le château. Des armes furent distribuées, les bannières aux armes de Coucy flottèrent au-dessus des rangs. Une population immense accourut à ce spectacle. Des cantiques montèrent vers le ciel, chantés par mille personnes à la fois. Un autel fut dressé sur le tertre et le curé du château célébra la Sainte Messe en présence du roi, du peuple, du sire de Coucy et de sa femme Agnès. Triste et résignée, la dame avait courbé la tête devant la volonté de son mari de suivre le roi aux croisades, des larmes se voyaient sur ces joues. Elle avait compris qu’une femme ne pouvait interrompre plus longtemps les devoirs que le rang de son époux lui imposait. Ce fut donc sans rien dire et même avec l’enthousiasme d’une sainte ferveur qu’elle attacha de ses mains sur la poitrine des croisés, la croix de drap rouge, signe de leur engagement. Mais après cette cérémonie Agnès se mit à genou devant le roi et dis avec douceur : « Gracieux prince, Monseigneur Enguerrand va quitter ce château et le pays pour n’y plus revenir jamais peut-être, je vais rester seul ici, en proie à l’inquiétude et aux larmes, femme sans mari, mère sans enfants, ma vie est désormais flétrie et désolée. Enguerrand vas partir, voulez vous ma mort ou bien en partant avec lui, partagerai-je ses danger ? Je sais que nul femme ne pourrait suivre en Palestine son époux ou son père. Mais sire mon sort si triste ne mérite-t-il pas une faveur ? Me voici à vos pieds mon cousin, si le sang qui coule dans nos veines me donne droit à quelques privilèges, je les abdique pour conserver seulement le droit de suivre mon époux. » Enguerrand et le roi non purent retenir leurs larmes.

 

 Le roi releva la dame de Coucy et allait répondre quand un bruit de clairon se fit entendre à l’extrémité de la pelouse. Une rumeur soudaine agita la foule. Des acclamations joyeuses annoncèrent une heureuse nouvelle. Le cœur d’Agnès tressaillit, un rayon d’espoir brilla à ses yeux. Enguerrand lui-même devint pâle et s’élança à cheval vers le lieu du tumulte. Les voilà ! Les voilà ! criait la foule. Place ils sont de retour. Agnès était hors d’état de soutenir l’émotion, elle attachait ses regards sur cette foule qui lui apportait peut être la vie. Tout à coup elle voit Enguerrand descendre de son cheval, elle le perd un instant de vue, puis les rangs des croisés s’ouvrent et le sire de Coucy paraît tenant deux enfants par la main. Agnès retrouve des forces et se relève et vole au devant de son époux. Elle a reconnu les fils qu’elle avait perdus. Elle les serra contre son cœur et tomba évanouie sur le gazon. Le roi ouvrit ses bras au sire de Coucy qui s’y précipita avec effusion. « Je puis partir maintenant, sire, dit Enguerrand, mon nom ne périra pas si je trouve la mort en croisade, cet instant a payé tout le sang que je répandrai. » Les enfants furent interrogés sur ce qui leur était arrivé depuis 3 mois, ce fut en vain ils ne purent rien dire, si non qu’ils avaient habité un château ou chaque jour, on leur donnait des nouvelles de leurs parents.

 

 En action de grâces du retour inespéré de leurs fils, Enguerrand II de Coucy et Agnès sa femme, fondèrent à Nogent, à Coucy, à Prémontré, à Liesse, églises et couvents, où une messe perpétuelle est célébré appelait Messe du retour.

 

Chateau de Coucy de nos jours.

Partager cet article

Repost 0
Published by missionnotredamedeliesse.over-blog.com - dans MIRACLE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de missionnotredamedeliesse.over-blog.com
  • Le blog de missionnotredamedeliesse.over-blog.com
  • : La mission notre Dame de Liesse est sous la juridiction de l'Eglise Catholique Apostolique et Gallicane et elle est membre de la communion Gallicane, Blog certifié par l'Eglise
  • Contact

Recherche

Catégories